Le groupe Edeis rachète les actifs de la SNC Lavalin en France

IMPACT LIMITE POUR ROUEN VALLEE DE SEINE

La SNC Lavalin, groupe canadien qui gère 18 aéroports en france à cédé ses actifs au groupe EDEIS, nouvel acteur du secteur aéroportuaire créé pour l'occasion par le fond d'investissement Ciclad et la société de participations Impact Holding dirigée par jean-Luc Schnoebelen.

En Normandie, Le Havre, Cherbourg et Rouen avaient été confiés depuis plusieurs années au gestionnaire canadien pour un bilan final peu reluisant. En effet l'activité de l'ensemble de ces aéroports s'est fortement dégradée durant cette période. Fort étonnamment les deux aéroports de Caen et Deauville dont l'activité a pu progresser dans le même temps (bien que partis d'un niveau d'activité assez équivalent) n'avaient pas vu leur gestion confiée au délagataire aujourd'hui sur le départ.

Le site Aérorouen s'interroge sur un éventuel lien de cause à effet alors que la gestion et certaines méthodes de Lavalin, dont le bruit des casseroles n'a pas manqué interpeller la justice par le passé, sont aujourd'hui dénoncés par diverses associations représentatives des usagers des aéroports français gérés par cette dernière. Le choix de la Métropole Rouennaise qui a devancé la "fuite" de Lavalin en ne renouvelant pas son mandat pourrait elle même traduire la prise de conscience que ce groupe profitait (restons gentils) de l'argent public investi, bien plus que les structures censées en bénéficier comme ici aussi par exemple. Faut il rappeler le taux de bénéfices réalisés par l'entreprise à Rouen alors qu'on laissait (là encore je suis gentil) l'aéroport sombrer? Par son départ, Lavalin offre à ceux qui cherchaient une source d'économie une première réponse. On ne s'en plaindra pas.


aéroport de rouen lavalin

Voir les articles revue de presse